RSS

Accidents de la vie du rosier

 


"Beauté du cœur, ou de l'âme ?

Celle-ci relève du domaine éthique

ou du domaine spirituel...

Transparaît alors... une beauté

qui n'est plus celle du jeune premier

ni du top modèle ;

c'est une beauté infiniment

plus émouvante et durable,

la beauté de l'âme qui répand

sans compter les dons bienfaisants

de la bonté... Tout visage humain,

quand il est habité par la bonté, est beau"

- François Cheng -

Into the Hollow Hills [Dans le creux des collines] -

- Copyright Bernadette Wulf (lien) que je remercie -


 

Ballet Nightlight [Lumière de la nuit] – Chorégraphie Douglas Lee - Musique Hildur Gudnadóttir -

Danseur/euse Alicia AmatriainEvan MckieBallet de Stuttgart -

Copyright DouglasLeeHildur GuđnadóttirAlicia AmatriainEvan MckieBallet de Stuttgart -

 

 


Toutes les PHOTOS sont en bas de page


<> CAL VÉGÉTAL :

 

Il s' agit d' une excroissance, une grosseur, qui se forme à l' endroit d' une blessure du rosier, ou de la plante.

 

Un cal qui s' est formé sur la tige d' un rosier tige, dont le lien d' attache était trop serré contre le tuteur en bois.

Cela a provoqué un frottement, une blessure, et donc une multiplication des cellules blessées.

C' est pourquoi il est important de desserrer chaque année les liens des rosiers tiges ou rosiers pleureurs.

Il est essentiel aussi de ne pas plaquer le tuteur contre la tige du rosier : pour cela, croiser le lien entre le rosier et le tuteur (voir onglet "Les Roses", sous-onglet "Rosier tiges").

 

Mon pauvre rosier blessé, qui a ce cal depuis 7 ans, fleurit néanmoins très bien.

Mais je fais désormais très attention à ce que pareille blessure ne se reproduise pas.

 


<> CAL DÛ AUX ÉTIQUETTES DES ROSIERS :

 

Quelques créateurs/trices de rosiers vendent leur production avec une étiquette métallique. Ainsi le font Meilland, en France, et Kordes, en Allemagne.

Il est important de retirer cette étiquette à la plantation du rosier, car la partie métallique blesse le rosier, et rentre dans son écorce.

Une boursouflure se forme si l' étiquette blesse la branche ou le tronc d' un rosier-tige ou pleureur.

 


<> MANQUE DE LUMIÈRE :

 

Quand un rosier ne reçoit pas assez de lumière, à cause de la dimension des autres rosiers, j’ oriente des miroirs pour l’ éclairer, afin qu’ il reçoive bien ses 4 heures de soleil par jour.

Je bouge les miroirs en fonction de l' orientation des rayons du soleil. Et cela fonctionne !

 


<> GEL ET GELÉES :

 

- GEL PENDANT L'HIVER :

Les rosiers résistent bien au froid, en général. Dans la roseraie, ils supportent – 10° pendant quelques jours, à condition que les températures soient positives l' après-midi.

Certains rosiers canadiens résistent à des températures très basses.

 

Si les températures doivent rester négatives, ou descendre plus bas, il faut protéger les rosiers :

- Envelopper les rosiers-tiges et rosiers pleureurs dans un voile d' hivernage. L' hiver où les températures sont descendues à -18°, bien que les rosiers tiges aient été enveloppés, plusieurs sont morts de froid.

- Butter les rosiers : remonter la terre au pied du rosier, pour protéger le point de greffe. On enlèvera cette butte de terre au printemps.

- Mettre des branches de pins ou conifères au pied des rosiers pour les isoler. On peut utiliser les tailles de thuya ou cyprès.

J' ai trop de rosiers pour les butter, ou les recouvrir de branches de conifères, donc je les regarde souffrir et je souffre avec eux...


- GEL DE NOUVELLES POUSSES AU PRINTEMPS :

Le gel le matin est fréquent au printemps, en mars, quand les rosiers sont peu développés. Cela est en général sans conséquence.

Mais de fortes gelées (-7° -8°) à la fin Avril ou début Mai peuvent être graves, quand les nouvelles pousses sont déjà bien avancées, et que les boutons de roses sont formés.

Les nouvelles pousses gèlent à l' extrémité de la branche, elles se recroquevillent et se flétrissent. Les feuillent grillent et se dessèchent, ainsi que les boutons.

Le gel brûle la pousse sur une certaine longueur.

 

Il n'y a pas d' autre choix que de couper la pousse au-dessous de la partie gelée. 

Cependant, j' observe que les branches gelées s' "auto-réparent", en faisant surgir une ou plusieurs nouvelles pousses sur la partie saine de la branche, pour "contourner" la partie endommagée.

Néanmoins, une partie de la floraison est compromise et sera retardée.

 


<> CHLOROSE :

 

Si le porte-greffe du rosier (les racines d' un rosier greffé) n' est pas adapté à la terre du jardin, surtout en terrain calcaire, le rosier pourra souffrir de chlorose :

Les feuilles se décolorent, deviennent jaunes, presque blanches.

Le calcaire du sol fait que le rosier n’ arrive plus à assimiler le fer dont il a besoin pour faire la synthèse de la chlorophylle (qui donne la couleur verte aux feuilles et qui permet au rosier de respirer, et de fabriquer de l’ oxygène, comme chez toutes les plantes).

 

Deux solutions :

- Choisir uniquement un porte-greffe adapté (Canina) ou

- Utiliser un traitement à base de fer (produit anti-chlorose). Mais un traitement anti-chlorose ne réglera pas le problème de fond…

 


<> GALLE EN COURONNE OU GALLE DU COLLET :

 

Elle est appelée "crown gall" en anglais. La galle en couronne est une excroissance, une grosseur, une tumeur.


Elle peut être due à une blessure de la plante causée par les insectes suceurs ou piqueurs : pucerons, des acariens, certaines petites abeilles, ou des champignons, ou également des virus.

Dans ce cas, elle n' est généralement pas grave, et ne compromet pas la vie du rosier ou de la plante.

 

Mais cette galle (grosseur), peut-être due à une bactérie qui se trouve dans le sol : Agrobacterium tumefaciens ou Rhizobium radiobacter.

La bactérie pénètre dans la plante par une blessure (taille, insecte,  etc...). Elle mélange son matériel génétique, son ADN, avec le matériel génétique de la plante.

Cela déclenche alors une production d' hormones qui provoquent une croissance rapide des cellules, formant alors une galle.

 

Dans ce cas, le problème est sérieux. La galle peut empêcher la sève de circuler, et faire dépérir le rosier ou la plante.

Quand la bactérie attaque le rosier ou la plante, elle provoque également les mêmes galles sur les racines.

C' est là, principalement, la différence avec une galle causée par un champignon ou un insecte.

 

Il est recommandé d' arracher le rosier attaqué par cette bactérie, et de changer la terre à son emplacement, car la bactérie survit 2 ans dans le sol après l' arrachage de la plante.

Ces galles étant apparues sur certaines branches et racines d' un de mes rosiers, j' ai coupé les branches attaquées.

 

Il existe un produit de traitement, contenant la même bactérie, mais d' une autre souche non pathogène (souche K-84) qui attaquera la bactérie Agrobacterium tumefaciens, responsable de la galle du collet.

 


<> ÉCLATEMENT DU POINT DE GREFFE DES ROSIERS PLEUREURS :

 

Le tronc d' un rosier pleureur grossit vite, d' où l' importance de desserrer chaque année les liens d' attache du rosier.

Le tronc s' abîme avec les années, l' écorce se fend : la sève circule-t-elle toujours bien ? Cela nuit-il à sa durée de vie ?

L' écorce des branches se fend également sur le rosier pleureur âgé de plus de 5 ans. Les branches portent de moins en moins de roses.

Le point de greffe est également très abîmé en vieillissant (voir les photos en bas de page). Ce sont de grands traumatismes pour le rosier.

Les parties vivantes du tronc se rétractent et le bois de coeur, dans lequel la sève ne circule pas, devient apparent.

 

En observant le point de greffe endommagé et boursoufflé d' un de mes "vieux" (7 ans) rosiers pleureurs, j' ai vu des fourmis sortir des crevasses de ce point de greffe à l' agonie.

Est-ce que ce sont les fourmis qui creusent les fissures profondes du point de greffe ? Ou arrivent-elles quand le bois est déjà détérioré ?

Les fourmis creusent dans le bois et décomposent la matière vivante du bois. C' est leur rôle. En principe, elles font leur nid dans du bois déjà malade.

Mais qu' elles soient la cause du problème ou sa conséquence, quand elles s' attaquent à du bois vivant, donc à un rosier pleureur, les bactéries et les champignons s' installent dans les galeries des fourmis et finissent de décomposer le bois. Le rosier est condamné.

 

Je vais essayer d' empêcher les fourmis de s' attaquer aux points de greffe des rosiers pleureurs les plus jeunes, avec des produits bio.

On peut utiliser une bande recouverte de glu, à attacher autour du tronc du rosier, comme on le fait pour les arbres fruitiers.

Je refuse d' empoisonner les fourmis pour ne pas empoisonner les oiseaux et insectes qui s' en nourrissent.

 


<> ATTAQUE PAR DES CHAMPIGNONS :

 

Cet automne 2018, un de mes rosiers pleureurs mourant, âgé de 8 ans, vient d' être arraché. Il montre qu' un large champignon s' est développé à la base du tronc du rosier pleureur et au départ des racines.

Le tronc du pleureur faisait 7 cm de diamètre, et le champignon 20 cm de large. Le champignon ne se voyait pas au niveau du sol.

Le rôle de ces champignons est de décomposer la cellulose du bois. Cela a-t-il accéléré la mort du pleureur, en plus de son point de greffe endommagé ?

 


"Si nous privilégions notre

propre apparence,

si nous nous prenons

nous-même comme objet

de contemplation ou de soucis,

nous nous condamnons à ne

presque rien voir du monde

et à en aimer très peu"

- Christian Bobin -

- Chardonneret élégant -


 

 

CalVégétal
CalVégétal
Détail
CalEtiquette
CalEtiquette
Détail
Miroirs 1
Miroirs 1
Détail
Miroirs 2
Miroirs 2
Détail
Miroirs 3
Miroirs 3
Détail
Miroirs 4
Miroirs 4
Détail
Gelées 1
Gelées 1
Détail
Gelées 2
Gelées 2
Détail
Gelées 3
Gelées 3
Détail
Chlorose
Chlorose
Détail
GalleCouronne1
GalleCouronne1
Détail
GalleCouronne2
GalleCouronne2
Détail
GreffePleureurs1
GreffePleureurs...
Détail
GreffePleureurs2
GreffePleureurs...
Détail
Champignon
Champignon
Détail
 
 
Powered by Phoca Gallery