Rosiers Couvre-Sols : Présentation

 


"Ce qui m'émeut si fort de ce petit prince endormi,

c'est sa fidélité pour une fleur,

c'est l'image d'une fleur qui rayonne en lui,

comme la flamme d'une lampe, même quand il dort...

Il faut bien protéger les lampes,

un coup de vent peut les éteindre"

- Antoine de Saint-Exupéry - Le Petit Prince -

- Licorne et Roses -

- Copyright Marie-Jeanne Gillmann (lien) que je remercie -


 

Ballet Roméo et Juliette. Chorégraphie Maurice Béjart [1927-2007].

Danseurs Suzanne Farrell et Jorge Donn [1947-1992]. Copyright Béjart Ballet Lausanne.

 


<> CARACTÉRISTIQUES :

 

Les rosiers couvre-sols ont un développement plus large que haut.

Ce sont des rosiers qui résistent aux maladies, à la pollution, ne demandent quasiment pas de taille, pas de traitement.

Leur branches sont retombantes, étalées. Ils deviennent très larges avec le temps.

On les voit souvent plantés le long des ronds-points, dans les espaces publics municipaux, en raison de leur facilité de culture.

 

Ce sont des rosiers qui sont le résultat de nombreuses hybridations.

Ce sont principalement des hybrides de Polyantha.

Chacun des hybrideurs crée ses propres rosiers couvre-sols. Il faut donc consulter leurs catalogues.

 


<> UTILISATION :

 

Certains prétendent que des rosiers couvre-sols, plantés très serrés, peuvent empêcher les mauvaises herbes de s'installer : c' est faux !

Au contraire, leur port recouvrant et étalé vous empêchera de maintenir votre massif "propre", sans "mauvaise" herbe...

Les rosiers couvre-sols à grand développement peuvent recouvrir une butte, un talus, ou retomber du haut d’ un petit mur.

 

** DANS LES MASSIFS :

J' utilise 2 rosiers couvre-sols sur une petite butte, au nord de la roseraie.

Je leur donne du volume en les ayant entourés d' un tuteur circulaire.

Ainsi leurs branches sont remontées, et ne se dirigent pas vers le sol.

 

** DANS DES GRANDES CUVES :

J'ai rempli de bonne terre 5 de mes anciennes cuves récupératrices d' eau de pluie, et les ai percées en bas de cuve pour le drainage.

J' y ai planté 5 rosiers couvre-sols, dont je fais retomber les branches le long des cuves.

 

Les rosiers ne sont pas destinés à être cultivés en pot, ce sont des plantes de pleine terre, mais chacune de ces cuves est d' une grande contenance.

Cependant, il faut changer la terre de ces grands contenants tous les 2 ou 3 ans, pour maintenir la santé du rosier.

 

Remarque : Ne pas percer les trous de drainage sur les cotés des cuves, pour l’ évacuation de l’ eau de pluie et d’ arrosage. La terre sortirait par ces trous de drainage.

Il ne faut percer qu’ en bas de cuve, c’ est nettement mieux.

 

** EN ROSIERS TIGES ou ROSIERS PLEUREURS :

J’ ai des rosiers couvre-sols greffés sur mini-tige, sur demi-tige et sur tige ; également en rosier pleureur.

L’ effet est charmant. Vraiment, les rosiers couvre-sols font de très beaux rosiers tiges et rosiers pleureurs !

En France, on peut les acheter greffés en mini-tige, en demi-tige, en tige, ou en pleureur chez André Eve, chez Laperrière, chez  Sauvageot, chez Meilland, et bien d’ autres.

 


<> CRÉATEURS ET VARIÉTÉS :

 

** SOUS ONGLET ALLEMAND et ses photos, à gauche de votre écran.

Pour les rosiers couvre-sols de  Noack - De Tantau - De Kordes (Allemagne). Plusieurs sont récompensés par l' ADR.

 

** SOUS ONGLET "AUTRES CRÉATEURS" et ses photos, à gauche de votre écran.

* De John et Ann Bentall et de Warner (Grande-Bretagne) :

* De  Barni (Italie) :

* De Meilland (France) :

* De Louis Lens et de  Ann Boudolf-Velle (Belgique) :

* De J.D Maarse et de Ilsink (Pays-Bas) :

* de Onodera (Japon) :

* De Poulsen (Danemark) :

* De Clayworth (Nouvelle Zélande) :

Les rosiers couvre-sols sont vraiment d’ excellents rosiers, à l’ effet spectaculaire.

 


"Le centre du monde est partout et chez nous

Soudain la terre bienvenue fut une rose de fortune

visible avec de blonds miroirs

où tout chantait à rose ouverte...

sous la vie accablante et bonne."

- Paul Eluard -

- La Dame à la Licorne - La Vue -

- Musée de Cluny (lien) - Paris -